Une élève handicapée victime d’agression sexuelle à l’école John F. Kennedy Reviewed by Mouvement Action Justice on . Un intervenant de l’école John F. Kennedy a été surpris en flagrant délit d’agression sexuelle contre une mineure handicapée par un de ses collègues le 12 juin Un intervenant de l’école John F. Kennedy a été surpris en flagrant délit d’agression sexuelle contre une mineure handicapée par un de ses collègues le 12 juin Rating: 0
Vous êtes ici:Accueil » Dossier Spécial » Une élève handicapée victime d’agression sexuelle à l’école John F. Kennedy

Une élève handicapée victime d’agression sexuelle à l’école John F. Kennedy

Une élève handicapée victime d’agression sexuelle à l’école John F. Kennedy

Un intervenant de l’école John F. Kennedy a été surpris en flagrant délit d’agression sexuelle contre une mineure handicapée par un de ses collègues le 12 juin 2013.  L’école à vocation spéciale accueille des élèves âgés de 4 à 21 dont la majorité est atteinte de trouble envahissant du développement avec ou sans déficience intellectuelle. L’agresseur qui a été arrêté, était en poste à l’école depuis plusieurs années.  Deux chefs d’agression sexuelle ont été portés contre lui.

La jeune victime fut transportée à l’hôpital où un rapport médico-légal fut rédigé. Sa famille, malgré les nombreuses requêtes de la mère, n’a jamais été mise au courant du contenu de ce rapport. Des preuves qui pourraient indiquer que d’autres agressions sexuelles auraient été commises à l’endroit de la jeune fille au sein de la même école auraient été fournies à la SPVM. Jusqu’à ce jour, la SPVM demeure silencieuse face aux demandes de la mère de la victime concernant les résultats des analyses de ces pièces à conviction.

La Commission Scolaire Marguerite-Bourgeoys, dont  fait partie l’école John F. Kennedy, a contacté le réseau TVA et La Presse  le 4 juillet 2013 leur indiquant par l’entremise de leur porte-parole, Jean-Michel Nahas, que tous les parents des élèves de l’école ont été rencontrés les jours suivants l’évènement. Des services sociaux et des psychologues leur ont été proposés.  La jeune victime et sa famille n’ont jamais été contactées par l’école ou la commission scolaire pour bénéficier de ces soins et d’un soutien quelconque accordé aux victimes d’acte criminel.

Suite au traumatisme qu’a subi l’enfant, sa famille l’inscrit à un autre établissement scolaire de la même commission. Pour des raisons que Mouvement Action Justice ne peut divulguer pour le moment, la direction de la nouvelle école décide de suspendre l’enfant en réaction aux plaintes que sa mère a portées contre leur établissement et la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys.

Par Viola Xavier

Témoignage de la mère de la victime dans le cadre de notre émission sur les ondes de Radio Centre-ville :

 

 

A propos de l'auteur

Nombre d'entrées : 81

© Copyright- Tous droits réservés © 2014 Maj-Quebec.com

Retour en haut de la page