Quand la DPJ jette nos enfants dans la gueule des loups

L’émission Enquête, diffusé sur les ondes de Radio-Canada, avait révélé en février 2012 les pratiques alarmantes d’un couple de l’est de Montréal qui, sous le couvert de la bienfaisance, exploitait des familles et des enfants. Le Centre jeunesse de Montréal, qui leur avait accordé plusieurs contrats durant 7 années, a toujours nié avoir été au courant de quoi que ce soit. La DPJ déclare ne pas avoir été mis au fait des abus, mais de nombreuses nouvelles preuves et les témoignages de plusieurs personnes démontrent que le désastre aurait pu être évité. Le Centre Jeunesse savait et depuis longtemps.

Nous pouvons donc affirmer que le service de protection de la jeunesse a clairement failli à sa mission en ne dénonçant pas les abus perpétrés par des personnes qu’il a lui-même engagées. La DPJ s’est rendu complice par son silence et son inertie dans un cas où des enfants étaient victimes d’abus physiques et psychologiques. Qui sanctionne la DPJ et ses employés lorsqu’ils mettent eux-même nos enfants en danger ? Justice doit être rendue.

Par Viola Xavier

2 réflexions au sujet de « Quand la DPJ jette nos enfants dans la gueule des loups »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *