Un jugement déplorable ou un journaliste déplorable ?

M. Robin Edgar
PHOTO MAJ

Tous les journalistes de la planète sont dotés d’un guide de déontologie journalistique. Le principe primordial des médias est celui d’informer le public et de ne point l’induire en erreur, plus précisément, la déformation des faits, le mensonge sont à éviter totalement … 

Toutes les chartes de déontologies journalistiques insistent sur l’impartialité et l’objectivité dans le traitement de l’information. Au Québec, le conseil de presse agit comme tribunal d’honneur afin de faire respecter son guide de déontologie journalistique, mais en vertu de la loi, il n’a aucun pouvoir judiciaire, réglementaire, législatif ou coercitif, il s’agit de sanctions d’ordre morales. Cette brèche facilite-t-elle le dérapage de nos journalistes à ne pas se plier à leur guide déontologique ?  

En effet, le procès de harcèlement criminel contre M. Robin Edgar s’est soldé par un acquittement. Le dépôt d’accusation a eu lieu le 11 décembre 2017, le procès s’est tenu, le 23 avril 2019 et la prononciation de l’acquittement fut le 13 juin de la même année. La juge de la cour de Québec, l’honorable Flavia Longo avait entendu la preuve qui était présentée devant elle. Elle s’est retirée par la suite en période de délibéré. La période fut longue, puis elle revenait, l’honorable juge Flavia Longo, devant la cour, conscience tranquille, sereine, avec sa décision d’acquitter M. Robin Edgar. Elle ne voyait pas de volonté criminelle dans l’agissement de l’accusé. Elle avait tout à fait raison. 

Avant d’être nommée juge à la Cour du Québec, l’honorable juge Flavia Longo avait à son actif une vingtaine d’années en droit civil. De cet effet, elle est neutre. Aux yeux de n’importe quel magistrat loyal qui analysera la même preuve, le même dossier, l’honorable juge Flavia Longo avait contribué, une fois de plus, par ce jugement au respect de la loi. Elle était simplement  juste et équitable. Il n’y avait pas d’autres issues à l’impasse d’une fausse accusation. Oui, la décision aurait pu être au bénéfice de l’accusatrice, Mme Sue Montgomery, mairesse de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, mais la justice a dit non. 

En prêtant serment devant la cour, Mme Sue Montgomery, en déclinant son identité à la cour, elle avait mentionné qu’elle était mairesse de l’arrondissement, de la même façon, M. Robin Edgar s’était présenté, sauf qu’il est monsieur tout le monde, en plus d’être sans emploi. L’écart semble en toute évidence énorme, mais dans ce système de procédures inquisitoires, en temps réel, l’accusé et l’accusateur sont égaux devant la justice. Pour un magistrat, impartial, intègre et rigoureux non pas seulement l’écart va vite tomber, mais la quête de rendre justice devient primordial. Le juge dirige le  procès, recherche les preuves et a apprécié, en dernier lieu, souverainement, la force probante des éléments des preuves pour rendre finalement sa décision.  

Malheureusement, dans les sociétés actuelles, l’image du pouvoir pèse souvent dans la balance. Certains magistrats ont de la difficulté à se tenir droits devant les notables, les sommités…. L’honorable juge Flavia Longo n’avait rien à soustraire d’une personne telle que M. Robin Edgar et elle aurait pu le déclarer coupable malgré une preuve circonstancielle qui dit totalement le contraire. Je vous rappelle que le juge Dennis Galiatsatos avait décidé autrement en proclamant M. Robin Edgar coupable, le 13 juin mars 2019 d’avoir enfreint ses conditions de ne pas communiquer avec la mairesse, Mme Sue Montgomery en attente de son procès pour ledit harcèlement criminel.

Je demeure convaincu, hors tout doute, que le juge Dennis Galiatsatos fut partial dans sa décision. Il avait malheureusement rendu une décision injuste. D’ailleurs, je l’avais mentionné dans un long article que j’avais publié sur notre site web :l’histoire d’une femme au pouvoir qui accuse injustement un citoyen. Le juge Galiatsatos, jeune au début de sa carrière, semble, à mon avis, influençable, flexible à l’image dont lui-même est victime. Je l’ai observé hautement préoccupé par son look que par la difficulté de la tâche qui lui a été confié. Je ne veux pas apparaître méchant parce qu’il a trahi l’esprit de la justice, mais je recopiais fidèlement ce que j’avais capté lors de ses audiences. Alors, n’allez surtout pas comparer l’honorable juge Flavia Longo au juge Dennis Galiatsatos, tous les deux juges de la Cour du Québec. Heureusement que le cœur de la justice au Québec n’est pas entièrement infesté par l’empressement de ce type de magistrats.

Voilà que le travail de la justice s’achève, d’un côté par un acquittement, juste et équitable et de l’autre par une déclaration de culpabilité injuste et déplorable. Tout le long de ce processus, les journalistes-hyènes, dites, judiciaires attendaient le moindrepetit os apparaissant en défaut d’interprétation, ils le croquaient à leur manière pour le cracher aussitôt au public. Le public assoiffé d’informations, il avale.  

Ainsi qu’un journaliste du journal la Presse qui à aucun moment n’avait pointé son nez au procès de M. Robin Edgar. Il venait d’écrire,  le 17 juin 2019,  un article, intitulé : un jugement déplorable. L’auteur remit en question le jugement de l’honorable juge, Flavia Longo. Je vous rappelle, quand l’accusé, M. Robin Edgar était reconnu coupable par le juge Galiatsatos, ce même journaliste n’a pas prononcé un mot, silence radio. La journaliste qui a couvert le procès pour le journal de la Presse, Isabelle Ducas, elle n’a pas protesté contre le jugement de l’honorable juge Flavia Longo.  Maintenant, pourquoi un journaliste qui n’a pas assisté au procès, qui n’a pas pris la peine de discuter avec l’accusé pour mieux comprendre le fond de l’histoire foncerait, tête baissée, afin de défendre une élue qui, après avoir vu sa requête rejetée, a déclaré vouloir changer la loi parce que celle-ci ne faisait pas son affaire ? Sur ce, je vous laisse imaginer le caractère autoritaire d’une telle personne.  

L’article, un jugement déplorable, ne jette pas seulement le discrédit sur l’honnêteté de l’honorable juge Flavia Longo de la Cour du Québec, mais il va encore plus loin, jusqu’à semer le doute dans l’esprit de la population qui n’a pas entendu la preuve qui était présentée devant la cour. C’est un peu déplorable, la sortie de ce journaliste. 

L’accusé, M. Robin Edgar, un peu naïf, à maintes reprises avait souhaité la rencontre de l’auteur de cet article, mais ses efforts étaient en vain. L’auteur de l’article, un jugement déplorableun peu trop élitiste ne voulait pas le rencontrer à défaut, peut-être, de déplaire à Mme Sue Montgomery, mairesse de l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Pourtant la règle à suivre dans ce processus conseille fortement, la rencontre des sources et tenter de mieux s’instruire du dossier, surtout s’il s’agissait d’une affaire judiciaire remettant la justice en cause.

Celles et ceux qui ne considèrent pas les citoyens ordinaires, de base, ils ne méritent pas, à notre avis, d’être cités.

Hadj Zitouni, président du Mouvement action justice

Vendredi, le 28 juin 2019

Note : Selon les dernières informations que nous avons obtenues de M. Robin Edgar, celui-ci nous a informé qu’il avait fait des tentatives pour discuter avec La Presse et non pas avec l’auteur de l’article et qu’il n’a pas eu retour d’appels.

Nous tenons à nous excuser de cette information qui s’avérait inexacte.

MAJ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *