Manifestation 5 septembre 2019

Soutien et réaction contre la nouvelle prison pour réfugiés

Devant le siège social de la firme d’architecture Lemay, une des compagnies qui œuvre pour la construction de la nouvelle prison pour migrants à Laval, plusieurs personnes se sont réunies pour dire non à ce projet qui est en train de se construire.  Un centre de détention pour migrants qui coutera aux contribuables 138 millions de dollars. Le Canada avait déjà détenu des migrant-e-s dans des camps de quarantaines et d’internement, dans des hangars dans des ports d’entrées. Avec ce projet, le gouvernement pense mieux dérober l’atrocité du traitement inhumain réservé à ces pauvres migrant-e-s. 

Voilà la réaction de notre mouvement qui fut parmi les premiers sur le lieu de la manifestation d’aujourd’hui. 

Toute personne persécutée dans son pays d’origine pour différentes raisons. Elle débarque au Canada avec le sentiment d’être finalement rendue au paradis des droits et des libertés. Très vite a son arrivée, elle se voit entrainer vers un centre de détention pour une durée indéterminée, questions de procédures et vérification d’identité. Sa liberté est confisquée avec son premier pas sur le sol canadien. Le mirage de ce migrant ou de ce réfugié se brise aussitôt qu’il réalise, soi-disant, son rêve.

Maintenant, il faut appeler un chat par son nom, même si vous mettez des bouquets de fleurs le long des murs et des barbelés, une prison demeure une prison. Ce migrant, ce réfugié venant en quête de protection, de droits… Il se retrouve, au premier coup, privé de sa liberté. Incarcéré au rythme des mécanismes des centres de détentions: fouilles corporelles, surveillances électroniques, contrôle d’appels et de correspondances… Bref contrôle de toute une vie derrière les murs de la prison.  En sortant de cet enfer s’il n’est pas refoulé d’où il venait, quels souvenirs peut-il garder à votre avis?

Nous sommes plutôt pour un centre d’accueil pour migrants et réfugiés. Et que ces personnes soient libres de se déplacer sans barrière aucune. Le Canada est doté d’un système sophistiqué afin de repérer les personnes indésirables. Mais pas au risque de brimer les droits fondamentaux des individus et agir à l’encontre des principes et des valeurs canadiennes. 

Stoppant la construction des prisons pour migrants et réfugiés est une voie sagement réfléchie qui mérite non seulement notre soutien et notre appui, mais le soutien de toute la population du Québec. 

Hadj Zitouni, président 

5 septembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *